17 - Charente Maritime


Le département de la CHarente Maritime compte  469 communes
Dernière mise à jour: 16 janvier 2017

Aujourd'hui
 
9

monuments recensés

A

 
 
L

S
T
  • ARCHIAC



Source photo: Mathieu COLOM 26/04/2015


 
  • CHARRON



Source photo: Suzanne LIGONNIERE 13/05/2015
  • LA ROCHELLE

Ce monument, inauguré le 19 novembre 1922 et en partie financé par une souscription publique, est dédié aux morts de 1914-1918 et des autres conflits du XXe siècle. Il a été réalisé par les architectes Bunel et Béraud et par le sculpteur Costa. Il présente un poilu de bronze, entouré d'une excèdre portant les noms des Rochelais morts pendant la Première Guerre mondiale. Par la suite, les noms de ceux disparus en 1939-1945, ou pendant les guerres d'Indochine et d'Afrique du Nord sont ajoutés. Les noms des déportés, pour actes de résistance, appartenance politique ou raciale, y sont gravés, à proximité d'un caveau où reposent des cendres recueillies dans les fours des camps d'extermination.
Source: https://inventaire.poitou-charentes.fr/services/279-consulter-les-dossiers-et-illustrations
Source photo: Isabelle DUBOIS 25/08/2015
Tableau des morts de la commune
  • LOULAY



Source photo: Gérard COLOM 14/08/2014
  • MOEZE



Source photo: Patrick ROLLIN 26/05/2015
  • RÉAUX



Source photo: Mathieu COLOM 26/04/2015
  • SAINT DENIS DU PIN



Source photo: Gérard COLOM 14/08/2014


 
  • SAINT JEAN D'ANGELY

Le monument aux morts de Saint-Jean d'Angély est dédié aux enfants de la France morts pour la patrie pendant les guerres de 1914-1918 et 1939-1945. L'original en plâtre de la statue date de 1920.
Le monument a été érigé en 1921 par l'architecte Ventu. Le socle ainsi que la réfection des colonnes de l'entrée du square ont été réalisés par l'entrepreneur Louis Jaraudias. L'entourage du monument a été réalisé en 1924 par l'architecte André Guillon.
Il se compose d'un socle haut, large et étroit, en pierre de taille, portant la liste des victimes de guerre, surmonté d'une allégorie de la République en bronze ayant pour titre " la Gloire ". C'est une oeuvre du sculpteur (Paul) Albert Bartholomé, élève de Rodin, dont l'original en plâtre a été créé en 1920 et est conservé au musée d'Orsay à Paris. Cette femme coiffée d'une couronne de laurier s'appuie sur une exèdre qui porte à son revers une guirlande de laurier. Elle est vêtue d'une longue robe qui valorise sa poitrine. Son épaule gauche est dénudée et ses pieds, nus. Elle tient dans la main droite une autre couronne de laurier.
Le socle accueille sur chacune de ses faces une plaque avec le nom des victimes des guerres. Le monument est protégé par un petit muret en pierre de taille surmonté d'une grille en ferronnerie. À l'extrême sud-ouest sont posées deux colonnes en béton.


Source photo: Gérard COLOM 14/08/2014
  • TALMONT SUR GIRONDE

Le monument aurait été érigé en 1975. Auparavant, une plaque rappelant le souvenir des défunts des deux guerres mondiales, se trouvait dans la niche du bras sud du transept de l'église.
Le monument aux morts est placé dans un petit jardin, près de l'église. Il est constitué d'une simple stèle en pierre de taille, sur laquelle est fixée une plaque en marbre gris.
Sur cette dernière, on lit : "Talmont à ses enfants morts pour la France 1914-1918" puis la liste des défunts de la Première Guerre mondiale et ensuite ceux de la Seconde Guerre mondiale.


Source photo: David BESNARD 02/10/2015


 
 
 



Créer un site
Créer un site